La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Atos et OVHCloud remettent une couche dans le cloud de confiance.

Posté le 27/01/2021

Le cloud de confiance est à la mode et les deux poids-lourds française des services IT et de l'hébergement Atos et OVHCloud unissent leurs forces autour d'une offre commune. Un bon moyen de se démarquer en ne marchant pas dans les traces d'une certaine initiative Gaia-X transformée en véritable auberge espagnole

https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-atos-et-ovhcloud-remettent-une-couche-dans-le-cloud-de-confiance-81767.html

Quand AtoS rencontre OVHCloud cela peut faire des étincelles. Alors quand on apprend que tous les deux ont signé un « partenariat stratégique pour créer une solution cloud de confiance 100% européenne » les oreilles sont grandes ouvertes. Mais derrière leur volonté commune de combiner l'offre OneCloud du premier avec les infrastructures du second, difficile d'imaginer autre chose qu'une offre commerciale à grands coups de revenus partagés. Dans la corbeille des pacsés, arrivent en bonne place les services de cloud sécurisé via la qualification SecNumCloud attribuée par l'ANSSI à OVHCloud, et différentes offres protégées d'Atos (chiffrement, passerelles, détection d'événements...).

Les deux poids-lourds français en services IT et hébergement mettent en avant l'argument imparable de proposer aux entreprises un « réseau commun de plus de 130 datacenters à travers le monde pour héberger des environnements privés dédiés ». Et en plus, profitant de leur nationalité française, les deux groupes se font les chantres de leurs engagements respectifs en matière de protection des données et de la vie privée. Cela tombe bien puisque des contraintes fortes réglementaires pèsent sur elles (RGPD, ePrivacy...) pour éviter toute entorse. Mais surtout, Atos et OVHCloud indiquent s'appuyer leurs positions communes pour « créer un environnement cloud de bout en bout unique, fiable et souverain, de l'infrastructure aux applications et espaces de données sectoriels ». 

Lisez la suite de l'article sur Le Monde Informatique...